Quelles stratégies sont efficaces ou inefficaces pour obtenir les meilleurs résultats sur l’apprentissage et la réussite des élèves ?
On ne mesure pas seulement les savoirs académiques mais également les compétences : c’est à dire la capacité à restituer ces savoirs à long terme et les utiliser à bon escient, notamment dans des tâches complexes.

L’Enquête internationale de John Hattie (2009, Visible learning. A synthesis of over 800 meta-analyses relating to achievement, Routledge) a permis de comparer plus de 800 stratégies, traditionnelles, modernes, ouvertes, explicites…

On en déduit l’efficacité de certaines pratiques préconisées au niveau des enseignants ou des élèves que voici.

Les effets plutôt limités de l’enseignement sur la réussite des élèves

(1) désigne les effets les plus limités

1. Le contrôle et la surveillance disciplinaire des élèves
2. Les dispositifs d’enseignement à distance (merci qui ? merci magistere…)
3. La focalisation du cours sur les contenus disciplinaires
4. La formation traditionnelle des enseignants
5. Le tutorat de l’élève par un adulte dans la classe
6. L’enseignement à domicile
7. L’apprentissage des élèves sur internet (sans enseignant s’entend)
8. L’enseignement en binôme dans la classe
9. Les méthodes visuelles ou audio-visuelles
10. L’usage pédagogique des tests sommatifs (évaluation & contrôles classiques)
11. La mise en concurrence des élèves
12. Le travail donné à la maison (devoirs écrits interdits depuis 1956)
13. Les travaux d’enquête avec les élèves
14. La pédagogie inductive dans la classe
15. L’enseignement assisté par ordinateur

Les effets majeurs de l’enseignement sur la réussite des élèves

(1) désigne les effets les plus importants

1. La mise en œuvre d’une évaluation formative
→ pas les contrôles, donc, mais l’évaluation en continu, sans jugement de valeur, non vexatoire, apportant des indications précises sur ce qui doit être amélioré
2. La clarté du discours de l’enseignant (cf clarté cognitive)
3. Le feed-back apporté aux élèves (cf feed-back)
4. Les relations entre l’enseignant et les élèves
5. Les stratégies de méta-cognition (cf métacognition et médiation/remédiation)
6. L’auto-verbalisation et l’auto-questionnement des élèves : cela permet à l’élève de mettre en mots ce qu’il ne parvient pas à faire, ses processus d’apprentissages et donc de trouver des solutions
7. Le développement professionnel des enseignants (quid de l’état de la formation des maîtres ?)
8. La résolution de problèmes dans la classe
9. La mise en œuvre d’une stratégie pédagogique
10. L’apprentissage coopératif entre pairs
11. L’étude précise des compétences des élèves
12. La séquence d’enseignement planifiée par étapes (cf phases d’apprentissage)
13. Le travail des élèves à partir d’exemples concrets
14. La fixation d’objectifs précis aux élèves
15. Le tutorat par les pairs dans la classe

Pour plus de détails voici le dossier de Hattie « Visible Learning for Teachers:Maximizing Impact on Learning »  (lien de secours)

Lien simplifié en français sur le site de Visible learning

 


Lien vers le compte rendu d’une conférence du même auteur (en anglais) portant sur les stratégies pour l’enseignement de la compréhension : Understanding learning (lien de secours)